En Touraine, la vannerie tresse son histoire

La vannerie en Touraine, près d'Azay-le-Rideau En Touraine, la vannerie tresse son histoire

Publié le 20/03/2012

Bienvenue à Villaines-les-Rochers, l’une des capitales françaises de la vannerie. La tradition séculaire se nourrit aujourd’hui d’inspiration contemporaine.      

Quel est le point commun entre un panier à pique-nique, une bordure de plate-bande, un présentoir à fruits et légumes et un nid de marsupilami ? Réponse : l’osier. À Villaines-les-Rochers, l’une des deux capitales françaises de la vannerie avec Fayl-Billot en Haute-Marne, les terrains limoneux de la vallée de l’Indre, le climat doux et humide et la multitude de caves creusées dans la roche tendre ont rendu propice le travail de l’osier cultivé sur place depuis le VIIIe siècle.

Au départ, il y a l’osier…

L’osier est un saule de petite taille dont une dizaine de variétés parmi les 300 répertoriées est utilisée en vannerie. « J’ai planté mes variétés pour avoir les couleurs voulues, mais on ne peut pas suivre un bain ! C’est la nature qui le fait selon le terrain, le sol plus ou moins sablonneux ou limoneux » explique Catherine Romand, artisan d’art en vannerie. Passées les premières gelées de janvier, l’osier est coupé, mis en bottes, trié et calibré. Il est ensuite installé dans des bassins pour repartir en végétation et permettre son décorticage, autrement appelé pèlerie, en mai et juin.

Des objets traditionnels, mais aussi des créations très contemporaines.

Vannerie de présentation pour la boulangerie et les grandes et moyennes surfaces (fruits et légumes, fromages, salaisons), articles commandés par des entreprises comme la Cornue (tiroirs de rangement) ou Hermès (sac « Kelly Picnic »), tout est à la demande et sur mesure. Ce qui permet des réalisations exceptionnelles nées de l’imagination d’un paysagiste, d’un architecte ou d’un grand  couturier : nid de marsupilami pour le festival des jardins de Chaumont-sur-Loire, un lit mezzanine, un dôme pour habiller une fontaine, une robe en osier dessinée par Jean-Paul Gauthier…  

La vannerie requiert force, technique et minutie.

Force, technique et minutie sont les qualités du métier. Catherine Romand les expérimente au quotidien, l’énergie chevillée au corps. Première femme rotinière en France, elle utilise les techniques du rotin (tissage en arête de poisson par exemple) et de l’osier pour ses créations. Paniers revisités, lampes, poufs, rampe d’escalier, mais aussi sculptures comme « sa femme cocon » : « J’ai mis six mois à trouver ma patte ; je découvre, j’invente. Ce qui m’intéresse c’est la finesse du travail, le dessin et les formes. Je vais jusqu’à la dissonance juste, jusqu’au point où la pièce rejoint le déstructuré équilibré ». Allez-y voir, d’autant que son « petit café des arts » ouvre début mai.

Entre mai et juin, en pleine montée de sève, l’os

Le rendez-vous :

Journées de la Pèlerie d’osier -  les 19 et 20 mai 2012, à Villaines-les-Rochers. 

RENSEIGNEMENTS

Office de Tourisme du Pays d’Azay-le-Rideau

Tél : 02 47 45 44 40

Et sur le site de la coopérative de Villaines-les-Rochers : www.vannerie.com

Cet article vous a plus ?

Retrouvez-le, avec bien d’autres, dans « ICI », le magazine de vos vacances en Touraine !

Ici, vivre est un art L'Europe soutient la démarche qualité sites
L'Europe soutient la démarche qualité sites