Le jardin du château royal d’Amboise

Dominant la ville depuis ses hauts remparts, le château royal d’Amboise impressionne. Pourtant, si le logis, la tour des Minimes ou encore la chapelle Saint Hubert ont traversé les siècles, beaucoup d’autres corps de bâtiments ont été détruits après la révolution. Mais peut-être était-ce une chance : la requalification paysagère de l’enceinte a donné lieu à un univers végétal élégant, classé « Parc et Jardin Remarquable ».

Le Jardin de Naples

Réaménagée en 2017, la terrasse du flanc nord est un hommage au premier jardin connu au cœur du château, réalisé par Dom Pacello Da Mercogliano. Venu de Naples à la demande de Charles VIII, le jardinier italien deviendra d’ailleurs l’heureux propriétaire du domaine voisin de château Gaillard.

Des pots de terre cuite compartimentent les parterres et y apportent une touche colorée et méditerranéenne, renforcée par les nombreuses lavandes violettes. Au-dessus, des boules de buis apportent des lignes dynamiques. Plutôt qu’un reconstitution historique formelle, ces aménagements composent un bel ensemble surplombant la Loire.

Jardin de Naples - Château royal d'Amboise

Jardin de Naples – Château royal d’Amboise

Créations paysagères et démarche environnementale

Jardin du château royal d'Amboise

Jardin du château royal d’Amboise

Adossé au jardin de Naples, un chemin traverse un amphithéâtre de verdure composé de boules de buis, de ceps de vigne et de cyprès. Un peu plus loin et offrant une jolie vue sur la ville, le jardin d’Orient a été érigé en mémoire de l’Emir Abd el-Kader, prisonnier à Amboise de 1848 et 1852 dans le cadre de la résistance à la colonisation française de l’Algérie. Belle, la promenade au jardin prend aussi une tournure historique.

Au quotidien, l’équipe des jardiniers du château est particulièrement vigilante dans la gestion des lieux. Si les essences méditerranéennes rappellent l’influence italienne en ces lieux, elles ont aussi l’avantage d’être peu gourmandes en eau. De nuit, l’éclairage est limité pour ne pas favoriser le développement de la pyrale du buis, qui apprécie particulièrement la lumière : mieux vaut prévenir que guérir. Naturellement, l’utilisation de produits phytosanitaires ou d’engrais chimiques est bannie, et la plupart des tondeuses et taille-haies sont électriques.

Au bonheur des abeilles et des oiseaux     

A juste titre, les scientifiques s’inquiètent de la diminution des populations d’abeilles et d’oiseaux. S’appuyant sur son environnement préservé, le château royal d’Amboise s’est emparé du sujet, et a installé des ruches dans les douves. Elles butinent, assurent la pollinisation et produisent même le miel que l’on retrouve à la boutique.

Quant au oiseaux, pas moins de 83 espèces sont recensées. Les murailles offrent des abris confortables et le jardin bio fournit les insectes. Dans ce refuge ornithologique répertorié par la Ligue de Protection des Oiseaux, on y croise des rouges-queues (au « bipbip » très caractéristique !), des palombes, des martinets, de grands cormorans ou encore de petites aigrettes. Pour l’accueil spécifique des hirondelles, des nichoirs et des nids artificiels ont également été installés en différents lieux du jardin. Décidément, ils sont bien nombreux les visiteurs à apprécier le château royal d’Amboise !

Château royal d'Amboise

Château royal d'Amboise

Château royal d'Amboise

Château royal d'Amboise

Pour aller plus loin

Tous nos articles magazine pour bien préparer votre séjour

Le château de Langeais s’anime tout l’été

La Prophétie d’Amboise, spectacle-phare de la Touraine

Une vision unique du château de Chenonceau