Les maisons à colombages de Touraine

Très bien pourvue en restaurants et commerces, Tours attire également de nombreux visiteurs grâce à son quartier médiéval. En effet, la beauté des maisons à pans de bois du Vieux Tours est particulièrement appréciée. C’est aussi le cas à Amboise et Chinon, où l’on croise fréquemment sur son chemin une jolie maison bâtie via cette technique de colombage.

Le colombage : histoire et technique

Technique de construction apparue dès l’Antiquité romaine, le colombage va se développer en France à partir du Moyen Âge, avant de laisser place à l’architecture en pierre qui s’impose dans toutes les villes dès le début du XVIIIème siècle.

Maison à colombages, dites maison à pans de bois (poteaux). On trouve cet habitat à Tours, à l'instar de la technique à colombage de la région Alsacienne. Outre l'Alsace, on trouve ce type de maison à pan dans les villes du Nord et à Rouen et sa région (la Normandie).

Maison à colombages – Tours

Le terme colombage désigne l’assemblage de poutres de bois, de manière horizontale et verticale (motif de grille), mais aussi en Croix de Saint-André ou plus rarement en losange. Pour combler les espaces à l’intérieur de cette ossature, on recourt au torchis, un mélange de terre argileuse mélangée à de la paille ou du foin, mais aussi à un remplissage de briques ou d’autres matériaux.

Initialement, nos ancêtres bâtisseurs ont eu recours à de longues poutres en bois, avant d’opter petit à petit pour des bois plus courts, plus faciles à trouver et à transporter jusqu’au cœur des villes. Surtout, en cas d’incendie, les petits pans de bois étaient moins susceptibles de propager les flammes sur les maisons voisines.

Maison à colombages en bois avec étages à encorbellement et toit en ardoises. Cette maison en bois se trouve à Chinon, dans le pays rabelaisien.

Maison à colombages avec encorbellement

Pour éviter que les poutres de bois subissent l’humidité du sol, la structure des maisons à colombages s’appuient sur un mur de soubassement ou des éléments de maçonnerie. Par ailleurs, beaucoup ont été élevées en encorbellement. Comme vous pouvez le voir sur la photographie de cette maison médiévale de Chinonla surface de l’étage supérieur dépasse le niveau inférieur, ce qui protège les murs du dessous de la pluie, tout en offrant un plus grand espace de vie à l’habitat. Cependant, pour éviter la propagation des incendies autant que pour des questions de salubrité publique (faciliter la pénétration du vent et du soleil à l’intérieur des rues pour limiter les mauvaises odeurs et les maladies), l’encorbellement a finalement reculé à la Renaissance.

Les maisons à colombages en Touraine

Au cœur du vieux Tours, la place Plumereau est souvent citée en exemple pour la magnifique architecture offerte par ses maisons à pans de bois. La préservation de cet ensemble, nous la devons à un plan de sauvegarde initié en 1973, s’appuyant sur la loi Malraux (1962) visant à protéger et valoriser le patrimoine historique de la France. Une initiative visionnaire, au regard de l’activité touristique actuelle !

Façades des maisons à colombages - Place plumereau dans le vieux Tours.

La place Plumereau et maisons à colombages – Tours

Ci-dessous, quelques exemples des maisons à colombages que vous aurez tout le loisir de contempler en vous baladant à Amboise, Chinon et Tours, entre deux visites des châteaux de la Loire. S’y trouve une maison recouverte d’ardoises, matériau utilisé pour les riches maisons bourgeoises.

Maison médiévale couverte d'ardoises - Chinon

Maison médiévale couverte d'ardoises - Chinon

Centre-ville d'Amboise

Centre-ville d'Amboise

Jardin Saint-Pierre le Puellier - Tours

Jardin Saint-Pierre le Puellier - Tours

Maisons à colombages - Amboise

Maisons à colombages - Amboise

Pour aller plus loin

Tous nos articles magazine pour bien préparer votre séjour

La Touraine croit encore au Père Noël !

Idées cadeaux 100% locaux