Les châteaux de la Loire, incarnation de la Renaissance

Durant notre scolarité, les cours d’histoire passent en revue une longue période s’étirant de la Préhistoire à la construction politique de l’Europe. Au cœur de ce riche passé, quelques dates émergent et restent bien souvent gravées dans un coin de notre tête.

La Renaissance, point de départ de l’époque moderne

La Renaissance en Val de Loire est une époque à deux visages. S’y rattache un esprit joyeux et créatif de développement artistique (architecture, peinture, musique) et d’ouverture au monde, avec la découverte des Amériques en 1492, considérées comme un paradis terrestre. Mais elle s’illustre aussi par une culture de domination, avec au XVIème siècle des affrontements religieux et des guerres entre grandes puissances. C’est ainsi qu’en 1515François 1er gagne la bataille de Marignan durant l’une des onze guerres d’Italie !

Une société de cour se développe et contribue à l’affirmation des pouvoirs princiers en fournissant à l’État ses principaux agents. Les châteaux affichent leur magnificence et délaissent leurs contingences défensives pour s’ouvrir sur des jardins pensés comme de véritables salons extérieurs.

Le château de Chenonceau, au cœur de l'histoire de la Renaissance en Val de Loire au XVIème siècle, et bel exemple français de transition entre la première renaissance italienne et la renaissance française, influencée par l'antiquité, et qui succède au moyen age. Léonard de Vinci est l'homme qui marque la Renaissance.

Le château de Chenonceau, une belle incarnation de la Renaissance.

Amboise, le Clos Lucé, Château Gaillard, Chenonceau, Azay-le-Rideau, l’IsletteVillandry, Ussé, Langeais, le Rivau, Montrésor… tous arborent des détails architecturaux les rattachant à la Renaissance.

Au début du XVIè siècle, le Val de Loire est au cœur du Royaume de France, et va ainsi bénéficier en premier lieu des évolutions architecturales venues d’Italie. Symétrie, équilibre des motifs, ouverture sur l’extérieur : bâtis ou transformés selon ces nouvelles normes influencées par l’antiquité, les châteaux de la Loire (tout comme certains édifices civils et religieux) sont encore aujourd’hui les précieux témoins de cette époque.

François 1er, roi au cœur de la Renaissance en Val de Loire

François Ier, grand roi au propre comme au figuré, reste indissociable du patrimoine architectural des châteaux de la Loire et de la Renaissance en Val de Loire. Amateur d’art, il passa la moitié de ses 32 années de règne sur les bords du fleuve royal et poursuivit les travaux entrepris au château royal d’Amboise par Charles VIII et Louis XII.

On lui doit l’aile Renaissance du château de Blois ainsi que la construction du château de Chambord, dont le célèbre escalier est attribué à Léonard de Vinci. C’est d’ailleurs à l’invitation du roi de France que le génie italien quitta son pays, l’Italie, et vécut ses trois dernières années au Clos Lucé, à Amboise. Mécène, François Ier le dota d’une pension confortable et le nomma premier peintre, ingénieur et architecte du roi.

Château du Clos Lucé

Château du Clos Lucé

Visite au château royal d'Amboise

Visite au château royal d'Amboise

Les 500 ans de la Renaissance : “Viva Leonardo da Vinci !”

En 1519, une petite fille naît en Italie : Catherine de Médicis, future Reine de France. La même année, la construction de Chambord démarre et Léonard de Vinci s’éteint au Clos Lucé, à Amboise. Figure historique internationale, l’auteur de la Joconde a été logiquement choisi pour être le fer de lance des célébrations qui ont eu lieu en 2019 dans tout le Val de Loire.

Le Cloc Lucé est la dernière demeure de Léonard de Vinci, figure emblématique de l'histoire de la Renaissance, avec sa peinture de la Joconde. C'est une figure de l'art et du style du xve siècle et du xvie siècle, en Europe et dans le monde, comme les artistes Michel Ange et Raphaël, à Rome et en Espagne. Il est au début de l'influence de la renaissance italienne en France.

Château du Clos Lucé, à Amboise.

Quelques mots sur l’origine de la Renaissance

Les historiens situent le début de ce courant dès le XIVème siècle en Italie, avec Pétrarque, érudit et poète italien (né à Arezzo, près de Florence), qui à travers l’étude des textes anciens, tentera de concilier le christianisme et l’héritage antique. Il est directement lié à l’humanisme : en opposition au Moyen Âge qui place Dieu au centre du monde, la pensée de la Renaissance va plutôt se concentrer sur l’homme. D’ailleurs, deux siècles plus tard, Martin Luther va s’attaquer au pouvoir de l’église en posant les bases de la Réforme protestante.

Optimistes, les humanistes pensent que l’homme peut s’améliorer via l’éducation, la connaissance. “Science sans conscience n’est que ruine de l’âme”, écrira François Rabelais. La diffusion des idées et la transmission du savoir est rendue plus aisée grâce à l’invention de l’imprimerie, au milieu du XVème siècle. Des écrits antiques comme ceux du philosophe Platon vont se diffuser, entraînant dans le même temps le développement d’une éduction classique marquée par l’apprentissage du grec et de l’hébreu. La période antique devient la référence de ce mouvement, y compris dans les arts. Peinture et sculpture de la Renaissance renvoient à cette période, à l’image des œuvres de Michel Ange et de Raphaël, contemporains de Léonard de Vinci.

En Touraine, la visite du Prieuré Saint Cosme vous donnera l’occasion de découvrir l’histoire de Pierre de Ronsard, figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance.

Musée Rabelais, figure humaniste de la Renaissance.

Musée Rabelais, figure humaniste de la Renaissance.

Prieuré Saint Cosme - La demeure de Ronsard

Prieuré Saint Cosme - La demeure de Ronsard

Pour aller plus loin

Tous nos articles magazine pour bien préparer votre séjour

Les sorties du mois

La Touraine dans l’objectif de Joël Klinger

Un Escape game pour s’échapper ?