Tour d’horizon d’une destination de vacances au coeur de la France : bienvenue en Touraine !

Officiellement appelé département d’Indre-et-Loire depuis 1790, la plupart des habitants et des vacanciers lui préfère pourtant toujours le nom de Touraine. Le lien se fait aisément avec l’appellation viticole éponyme (créée en 1939) et surtout avec la ville de Tours, qui tire elle-même son nom d’un peuple gaulois. Mais quoi qu’il soit, la Loire est toujours là !

Des vacances dans le patrimoine mondial

Derrière la magnifique architecture des châteaux de la Loire, se cachent de multiples histoires que des guides passionnés se font un plaisir de transmettre. Des expositions y sont très régulièrement organisées, mais aussi divers événements festifs qui bénéficient d’un cadre privilégié. Tellement privilégié d’ailleurs, que le Val de Loire est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis l’an 2000 au titre des paysages immatériels. Près de ces géants de pierre fleurissent des jardins, coule la Loire, naviguent les gabares, s’étendent vignes et forêts. Les villes et villages ne sont pas en reste, faisant la part belle à la pierre de tuffeau et aux toits d’ardoises.

Le château de Chenonceau

Le château de Chenonceau

Les jardins de Villandry

Les jardins de Villandry

Rue Balzac, à Azay-le-Rideau.

Rue Balzac, à Azay-le-Rideau.

Ainsi, si la visite des châteaux est un incontournable, les vacanciers sont ravis d’y associer une balade en bateau traditionnel, une virée en canoë, ou encore la découverte des quartiers historiques de Tours, Loches, Chinon, toutes classées Villes d’Art et d’Histoire. On s’y attable bien volontiers pour se régaler du savoir-faire de chefs talentueux, à moins de filer un peu plus loin à la terrasse d’une guinguette.

Visiter la Touraine  : Guinguette Les Farmers au Lac d'Hommes, Indre-et-Loire, France.

Et puisque l’on aborde les plaisirs de la table, un séjour en Touraine ne serait pas complet sans une visite de caves, avec certes des dégustations de Bourgueil, Chinon et autres Vouvray, mais aussi parfois des parcours scénarisés (Caves Ambacia, cave de la Dive Bouteille), des escape game (Pierre et Bertrand Couly, Domaine Nicolas Paget), ou encore des sorties en trottinettes électriques dans le vignoble (grandes caves Saint Roch – Blanc Foussy, château de Minière, La Noblaie, Valmer…).

Heureux aussi les amateurs de balades à vélo. En itinérance sur La Loire à Vélo et d’autres itinéraires, ou battant la campagne pour quelques heures sur une cinquantaine de boucles balisées, ils se réjouiront de découvrir de beaux paysages avec un relief peu exigeant. Une bonne option pour des vacances eco-responsables, sans voiture, mais aussi une alternative à la randonnée pédestre, qui reste néanmoins une valeur sûre, notamment au départ de villages plein de charme (Montrésor, Chédigny, Candes-Saint-Martin…).

Oenotourisme : visite de caves troglodytiques.

Oenotourisme : visite de caves troglodytiques.

La Loire à Vélo, à Bréhémont.

La Loire à Vélo, à Bréhémont.

Montrésor, au sein du réseau des Plus Beaux Villages de France.

Montrésor, au sein du réseau des Plus Beaux Villages de France.

Candes-Saint-Martin, à la confluence de la Vienne et de la Loire.

Candes-Saint-Martin, à la confluence de la Vienne et de la Loire.

Chédigny, un village de roses.

Chédigny, un village de roses.

Un temps de repos, quel que soit votre hébergement…

Ce programme de vacances particulièrement copieux ne doit pas occulter également une dernière activité hautement importante : se reposer dans un hébergement (voire les hébergements pour un séjour itinérant) correspondant à vos attentes.

Un hôtel confortable, un grand gîte pour des retrouvailles amicales ou familiales, une chambre d’hôtes troglodytique, un camping animé, une résidence de tourisme avec piscine… En ville ou à la campagne, vous trouverez sans nul doute une offre qui vous correspond.

Visiter la Touraine : dormir dans l'une des chambres d'hôtes L'ange est rêveur, à Langeais, en France.

Chambres d’hôtes L’ange est rêveur – Langeais

D’un peuple gaulois à la vallée des rois

Peuple gaulois, les Turones (appelés aussi Turons ou Turoniens) ont vu arriver sur leurs terres les troupes de Jules César, lancées dans leur guerre des Gaules. Incorporés dans l’Empire Romain d’Occident jusqu’en 486, ils voient arriver Martin de Tours. Célèbre pour avoir partagé son manteau avec un démuni, cet ancien légionnaire romain se fait moine, christianise la population, et devient le 3ème évêque de Tours (son tombeau est à découvrir au sein de la basilique Saint-Martin).

Lorsque les Francs vaincront les Wisigoths en 507, Clovis attribuera d’ailleurs la victoire à l’esprit de Saint Martin. Il donnera ensuite à la ville le droit de battre monnaie, et renforcera le rayonnement de Tours, ville de pèlerinage à l’instar de Rome et Jérusalem. Quelques siècles plus tard, la via Turonensis sera aussi l’un des 4 chemins historiques pour un nouveau pèlerinage au départ de Tours, vers Saint-Jacques de Compostelle.

La conquête de Clovis aboutit à la création du comté de Touraine, qui va être régulièrement occupé par les comtes de Blois et d’Anjou (Thibaud le Tricheur, Foulques Nerra, Henri II, Richard de Cœur de Lion…), jusqu’à ce que le roi de France Philippe Auguste conquiert en 1205 la forteresse royale de Chinon et le donjon de Loches. La Touraine intègre alors le royaume de France.

La basilique Saint Martin et la tour Charlemagne - Tours.

La basilique Saint Martin et la tour Charlemagne - Tours.

La forteresse royale de Chinon, surplombant la Vienne.

La forteresse royale de Chinon, surplombant la Vienne.

La Cité royale de Loches et son donjon.

La Cité royale de Loches et son donjon.

Plusieurs rois se succèdent ensuite sur le trône de France, jusqu’à Charles VII qui installe la cour de France à Chinon de 1427 à 1429, où il rencontrera Jeanne d’Arc. En 1461, le roi Louis XI choisit de vivre à Tours. Son fils Charles VIII résidera lui au château royal d’Amboise, et épousera Anne de Bretagne au château de Langeais, scellant le rattachement de la Bretagne au royaume. Contemporain de François Rabelais, François 1er est également étroitement lié à Amboise : il y invite d’ailleurs Léonard de Vinci, qui passera les trois dernières années de sa vie au Clos Lucé.

Visiter la Touraine en découvrant le parc du château du Clos Lucé, à Amboise, ville d'Indre et Loire aimée des rois de France François 1er et Charles VIII.

Le foisonnant parc du château du Clos Lucé, cher à Léonard de Vinci.

La présence de la cour du royaume de France en Touraine induit ainsi la construction de nombreux châteaux, comme Azay-le-Rideau, Villandry et La Bourdaisière. Offert par Henri II à sa maîtresse Diane de Poitiers, Chenonceau est repris par la reine Catherine de Médicis. Son fils François II passera sa lune de miel avec Marie Stuart non loin de là, à Château Gaillard.

Un dernier roi pour la route ? Un certain Honoré de Balzac, roi des romanciers ! 😉

Pour aller plus loin

Tous nos articles magazine pour bien préparer votre séjour

Le château du Rivau…

Les sorties du mois

La Nuit Européenne des Musées est de retour !